Acces rapide
Accès rapide :
Marques
Recherche
Votre panier

Le henné, le Cassia, le Katam et l'Indigo







Le Henné

récoltée en majorité en Inde et au Soudan. Les feuilles de henné sont réduites en poudre et utilisées alors pour leurs vertus médicinales.

Même si le henné est connu dans le monde entier, il est surtout utilisé dans les pays musulmans et ce, surtout parce que le Prophète Mohammed (Que la Paix soit sur lui) a recommandé son utilisation en médecine, en particulier après une piqûre ou en cas d’ulcère. Les femmes aiment aussi se colorer les ongles avec.
De plus, le henné peut être utile en cas de brûlure, de saignement du nez, de problèmes du cuir chevelu et d’herpès dans sa forme la plus simple.
La façon la plus traditionnelle d’utiliser le henné au Qatar consiste à serrer une petite boule de pâte (poudre mélangée à de l’eau) dans la paume de la main pendant un moment (entre une et deux heures).

En la relâchant, on découvre une forme très particulière, très appréciée des femmes qataries, surtout les plus âgées.

De nos jours, on utilise un petit cône en plastique rempli de pâte, ce qui rend

Le travail plus fin, et les formes plus artistiques.
Le henné peut être utilisé pour renforcer les cheveux, il leur apporte de la brillance. Il est aussi très souvent utilisé à la place des produits chimiques pour colorer les cheveux.

Origine :

Le mot henné est d’origine sémitique et se rapporte à la tendresse. Dans certaines régions de l’Inde où il est très utilisé, il est aussi appelé Mehandi.
Son usage pour parer les femmes remonte à 9 000 ans et dans environ 60 pays. Des traces de son utilisation ont été retrouvées dans de nombreuses civilisation antiques telles que : l’archipel des Cyclades (3000-4000 av. J.C.), l’ancienne cité cananéenne d’Ugarit à Ras Shamra en Syrie (2100 av. J.C.), Canaan, la civilisation minoenne (Crète antique) et Mycènes (Grèce antique). Les motifs décoratifs célébraient le plus souvent la fertilité et la sexualité féminines. Cependant, les Egyptiens de l’Antiquité l’employaient pour ses qualités médicinales et odorantes comme en témoigne la momie de Ramsès II dont les cheveux, les mains et les pieds en étaient couverts. Dans la région orientale de la Méditerranée et en Egypte, les Juifs et les premiers Chrétiens se servaient du henné pour orner les mains des femmes. Les Musulmans l’ont ensuite intégré dans leurs traditions et ont répandu son usage avec l’expansion de l’islam jusqu’en Espagne où il y était cultivé et utilisé par les Juifs, les Chrétiens et les Maures du 9ème siècle jusqu’à l’Inquisition espagnole. Le henné est également apparu très tôt en Inde où il est toujours employé par les Musulmans et les Hindous.

Certains disent que c'est un arbre du paradis, d'autres prétendent que c'est de la terre du paradis («El-Henna trab el-djenna»). Toutefois, le henné est un arbrisseau qui peut devenir arbre après des années, en atteignant un peu plus d'un mètre de hauteur ; ses feuilles sont petites et vertes, il est garni de fleurs blanches et son bois est blanc. Il pousse généralement sur les terres pré sahariennes et sahariennes.
L'usage du henné est très ancien et était apprécié pour ses bienfaits thérapeutiques. En effet, cette plante était recommandée par les herboristes, comme médicament, contre les irritations de la bouche des enfants en applications, sur les zones atteintes, d'une pâte obtenue en mélangeant du henné réduit en poudre et du beurre pur. Cette même plante était indiquée pour les abcès, dont elle apaise la douleur et cicatrice la peau. Les feuilles de henné, macérées dans de l'eau douce, sont supposées guérir le début de la lèpre tuberculeuse. Nos grands-mères, conscientes des bienfaits du henné, le recommandaient aussi en infusion contre la jaunisse. Elles savaient que la pâte de henné salée soulage les douleurs aux pieds et en guérit les gerçures. Aujourd'hui encore, les plus jeunes s'en servent comme soin capillaire car, mélangé au fenugrec (el-halba), il est reconnu pour son efficacité contre la chute des cheveux.

Parallèlement à son côté thérapeutique, cette plante traditionnelle était très utilisée en soins de beauté. Comme teinture naturelle, par exemple, les vieilles femmes couvraient leurs cheveux blancs de henné qui leur donnait une couleur tirant sur le roux. A une certaine époque, les femmes Orientales et Indiennes désireuses de suivre la mode dont les tendances étaient d'avoir une peau blanche et des cheveux noirs, se teignaient la chevelure en noir si elles étaient blondes ; quant aux brunes, elles se mettaient du henné dans les cheveux afin de leur donner des reflets et adoucir ainsi leur regard. Les femmes s'enduisaient aussi les mains et les pieds de henné en s'ingéniant à y tracer, avec art et délicatesse, des formes géométriques compliquées,parfois, mais très agréables à admirer.











Le Katam


(Katam buxus dioica Katam) est le nom d'un arbre d'un buis originaire du Yémen. C'est une plante qui pousse dans les plaines, ses feuilles sont semblables à celles de l'olivier mise à part les feuilles destinées à la teinture des cheveux, les racines du katam  servent à faire de l'encre généralement, il est mélangé au henné, il confère une couleur dans les tons marron ainsi que l'élasticité et la force dont les cheveux ont besoin.




L'Indigo

(Indigofera tinctoria) est un arbuste des régions chaudes de la famille des Fabacées dont les feuilles sont utilisées pour la préparation de la teinture d'indigo.

La culture de l'indigotier s'est répandue dans les régions tropicales et tempérées de l'Asie, de l'Amérique et de l'Afrique. Son habitat originel reste cependant incertain, tant sa culture est ancienne car voilà plus de quatre mille ans que la plante est exploitée en Inde, au Proche-Orient et en Égypte.

Pour répondre à la demande croissante de teinture indigo de leur industrie textile en plein développement, les Européens entreprirent la culture d'indigo à grande échelle dans leurs colonies du Nouveau Monde et d'Asie (Inde, Java). L'indigo originaire d'Orient, traversa ainsi l'Atlantique, ruina au passage la culture du pastel en Europe, puis dans un mouvement de balancier, retourna en Asie, avant de disparaître avec l'arrivée des teintures synthétiques.





Le Henné Neutre


Le henné neutre , séné  ou  Cassia Obovata
Le Séné   est un petit arbrisseau originaire de région désertique outre ses propriétés médicinales purgatif laxatif le Séné est un excellent soin capillaire fortifiant il est indiqué pour les cheveux secs dévitalisés et les pellicules on l'associe aussi traditionnellement au henné et à d'autres plantes




Newsletter
Inscrivez vous à notre newsletter.
Je m'abonne
Je me désabonne

henneparadise.fr © tous droits réservés
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus OK
powered by Solution de magasin e-business logiciel de sites de vente sur Internet